L’Arrachée belle, Lou Darsan, 2020

L’autrice et nomade Lou Darsan, (c) Eric Darsan

L’Arrachée belle raconte l’histoire d’une femme étouffée sous les couvertures du quotidien social. Forcément fille de, elle se laisse devenir femme de et, tandis que l’homme vit sa vie, elle s’aperçoit ne pas en avoir elle-même, ne plus savoir qui ou quoi être, au point qu’elle n’est jamais nommée. La sensation d’étouffement l’assaille et, dans un instinct de survie pulsionnel, elle quitte tout et s’élance sur la route, en voiture, en stop, à pied. Elle choisit le combat, abandonne la réponse dépressive à l’autre. A chacun de ses pas, s’envolent une à une les couvertures qui dissimulaient son corps à la lumière. Elle se découvre en arpentant les chemins, en marchant nue, en dormant à la belle étoile, en goûtant les herbes sauvages des campagnes, se sentant bien plus en sécurité dans la nature foisonnante que dans le vide artificiel des sentiments préfabriqués de l’appartement de l’homme. La fuite évolue donc vers l’art du vivre libre et seule, du dénuement volontaire, de la dépossession matérielle et mentale dans tous les sens que ce mot de dépossession peut revêtir. La mobilité du corps rend force et énergie à l’esprit. La femme marche jusqu’aux plages et falaises septentrionales, trouve la mer et sent agir la fraîcheur de l’eau sur ses pieds contre la stase. L’appartenance naturelle de l’être humain est à la Terre et non à un ou une autre. La femme n’est plus juste femme, elle n’est plus présente sans l’être, elle est et en se libérant, elle libère ses sœurs des entreprises de déréalisation parfois à pied d’œuvre au creux de divers types de société. Les cellules de son être vibrent sur les chemins. Quand tout est perdu, reste le principal, la nature du soi.

Lou Darsan a écrit un premier roman de toute beauté, aussi délicat que la fleur sauvage s’élançant d’un Nord austère dans les tourbillons du vent septentrional vers la lumière vitale. C’est une explosion d’images et de sensations que ressent le lecteur grâce à une écriture qui fait l’économie du lyrisme pour simplement nommer toutes choses vues et touchées par la femme, sa découverte d’elle-même naissant de son rapport aux environnements naturels traversés en marchant. Le sentiment de s’appartenir passe par le désir d’être au monde détaché des codes sociaux, attentifs aux détails poétiques de l’existence non-efficace, non-catégorisée. L’autrice rappelle aussi que la honte n’est pas dans la fuite et anéantit l’argument des oppresseurs, ce « tu n’as pas honte ! » qui creuse certaines névroses féminines. Fuir et se dépiauter de tout ce qui nous oblige, mettre de la distance physique entre le tyran (il n’y a de tyran autre que choisi) et soi est le seul moyen de retrouver le parfum des embruns. Formidablement belle et poétique, cette arrachée.

L’Arrachée belle, Lou Darsan, La contre allée, 2020

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.