Régalec

FullSizeRender

La sécante platine sous l’azur étoilé plonge et brise, un instant, le miroir marin.
En surface, disparaissent les anneaux.
La fille immobile ouvre les paupières et, dans l’immensité, examine le bas.
Nager à la rencontre des barracudas, se joindre au régiment, entamer la descente.
Osciller en silence, tout contre le ban, attraper d’une main la méduse violette et tendre l’offrande à l’antique tortue. Parvenue à la fosse, ils s’écartent devant elle, et remontent sans arrêt vers l’épipélagial.
Saluer les veilleurs, s’installer au palier, attendre l’arrivée dans le noir primitif.
Couronné de pourpre, Régalec magnifique. Elle le voit, son ami, et caresse sa tête.
La jeune fille verticale et l’étonnant poisson s’envisagent et dansent côte à côte dans la pente.
« Ne ferme pas les yeux, le choix est formidable. Si le cachalot ouvre son ample mâchoire, tu verras le bleu de la chair et du sang. Léviathan, lui, offrira la puanteur des enfers. »
L’œil rond du Régalec soupire à l’ange sans ailes, il pose sur la tête son byssus plein de grâce.
Quand le guide s’en retourne vers le grand océan, scruter des étoiles aux abîmes. Il viendra. Expirer sans effervescence et se coucher, joue au cœur du monde.
Des nodules explosent dans le silence profond et répandent leur poussière métallique sur la créature.

MVM

 

Laisser un commentaire