Plexus en croix

Evelyn_Bencicova-1

A la jonction des nœuds gordiens, je sens le plexus. Il est en croix, étiré d’épingles. Elles crochètent et crucifient.
Du plexus épinglé partent des fils de soie jusqu’aux articulations. Chaque nerf est bien tendu et l’ensemble joue sa petite musique acide. La cage thoracique se resserre dans la mélodie et les poumons expirent sans inspiration. Donner sans respirer.
Ça ne saigne pas un plexus en croix, ça suinte, perles jaunes de lymphe aux trous des nourrices. Et la douleur n’abat pas d’un coup, elle ôte. Elle rase les cheveux et les poils, découpe les ongles, arrache les peaux, traque les blancheurs, presse les noirceurs.
Le plexus en croix expurge, cisaille, jusqu’au rien.
La mécanique de l’esprit sur le corps agit. Les fils de soie tirent et replient l’ensemble.
Le plexus en croix, c’est Dolora et son crincrin.

MVM

(photographie Evelyn Bencicova, Touch me I’m sick)

 

Laisser un commentaire