Pas de fin aux voyages

J’aurais eu envie de raconter l’histoire de cette photographie. Le seul problème, c’est qu’elle résume assez l’histoire de ma demie-vie (j’espère), celle des luttes, toutes (dehors/dedans), des interrogations face au monde, des curiosités jusqu’au boutistes, des conneries, aussi, parfois.
J’ai eu 39 ans il y a peu et ça m’a pris un moment.

Alors disons qu’après un exercice de combat, j’ai posé mon FAMAS pourri en position de sécurité (ce n’est pas celui au premier plan), mon casque, mon sac et je prends un peu de repos. Un pote m’interpelle et photographie quand je mets la main à la poche pour choper mes cigarettes. Je vais fumer couchée sur les feuilles mortes en attendant le signal du départ vers le campement du soir. C’est l’automne en Bretagne et je cherche qui je suis dans cette forêt.
J’étais enfant encore, je ne savais pas qu’il n’y a pas de fin aux voyages, que le mouvement est perpétuel et l’identité illusoire.

MVM

Laisser un commentaire