DIRTY WEEK-END, Helen Zahavi, massacre du genre masculin dans le noir (fin)

…/…

Le scandale à la sortie du livre repose sur la violence et le sexe traités avec la désinvolture de l’humour et des mots vrais. En réalité, l’élite de Brighton n’accepte pas la description catastrophique de ses hommes et de sa jeunesse masculine alcoolique capable d’agresser physiquement et sexuellement une vieille clocharde dans une impasse.

DIRTY WEEK-END sort la même année qu’AMERICAN PSYCHO. Les deux romans décrivent l’agression d’un clochard. Le deuxième montre dans l’anéantissement du clochard la victoire totale des traders sur l’homme de la rue, sur l’ancien monde. L’agression de la clocharde dans le premier témoigne mieux des grands clivages sociaux que sont la pauvreté et l’inégalité des sexes (on rappellera en esprit d’escalier que c’est en 1965 que les femmes ont pu ouvrir seule un compte en banque en France). Le génie d’Helen Zahavi est de métaphoriser dans ce chapitre la place des femmes dans le roman noir, celles qui ne sont ni victime ni fatale sont des clochardes. Alors, pour cette fois, les victimes seront des hommes et ceux de Bella de Brighton sont abusifs, veules, violeurs, violents. Les hommes saignent aussi, les femmes peuvent les marteler jusqu’à explosion du crâne, les regarder étouffer dans un sac plastique pendant que les sphincters relâchent leur flot de merde masculine, les cribler de balles, les poignarder, les écraser en voiture et rouler sur eux jusqu’à ce qu’il n’y ait plus aucune résistance dans le tas de chair. Bref. Mais si le livre de Zahavi a survécu au scandale contextuel, c’est parce qu’en dehors du côté tarantinesque/rodriguezien du roman, il ne donne pas de réponses faciles aux questions existentielles de Bella de Brighton.

Ce roman ouvre la fenêtre de l’action contestataire possible contre l’oppression individuelle des femmes sans passer par la case justice de l’État et, ce, jusque dans la littérature : les femmes doivent obéir parce qu’elles ont un trou et que les hommes peuvent le boucher, les femmes ne peuvent pas écrire parce qu’elles n’ont pas de stylo naturel, leur utérus fait d’elle un outil plus qu’un cerveau, chez l’homme l’intelligence a le droit de jaillissement, les femmes reçoivent et enfantent, en leur trou toutes les saletés disparaissent dans la dissimulation et les hommes en profitent pour les punir parce qu’elles sont toutes leur mère, ils savent bien que seule la force physique les sépare (malgré la logorrhée supra) et elles seront d’autant plus fracassées qu’ils seront impuissants, tout ça à cause de maman qui recevra des fleurs le dimanche suivant.

Ouf.

C’est toujours de la faute des femmes. Il y a tout cela dans DIRTY WEEK-END et aussi l’accession à la liberté d’exister face aux hommes, mais de leurs propres mains. Un féminisme de retour sur les luttes primaires ou premières, c’est-à-dire la lutte des sexes, le refus des images maman ou putain, le refus de la force comme victoire et l’égalité des droits dans l’usage de la violence pour se défendre. Le corps des femmes a toujours servi de champ de bataille, mais vu le contexte de théologisation du viol par Daesh, il est clair que ce livre restera d’actualité encore un moment.

En parallèle, le propos d’Helen Zahavi dans DIRTY WEEK-END encourage les écrivains femmes à assumer, s’assumer et ne pas chercher à être et faire comme les hommes.

À travers DIRTY WEEK-END, Helen Zahavi traduit dans le monde du roman noir ce que prévoyait Nikola Tesla en 1926 :

« Ce n’est pas dans l’imitation physique superficielle des hommes que les femmes vont affirmer d’abord leur égalité avec eux et ensuite leur supériorité, mais dans leur éveil intellectuel. »

Amen.

MVM

(Pour les infos, cf. 1ère partie publiée précédemment.)

(Photo tirée du film DIRTY WEEK END, 1993.)

 

2 réflexions au sujet de « DIRTY WEEK-END, Helen Zahavi, massacre du genre masculin dans le noir (fin) »

  1. Je me souviens, grand ado, m’être pris ce livre en pleine poire à sa sortie. Je l’ai adoré – et encore aujourd’hui – pour son essence anti-oppression – quelle que soit l’oppression (économique, patronale, sociale, culturelle, sexuelle…). Je trouve un peu dommage de le réduire à une bombe à fragmentation pro-féministe, même si c’est le message le plus visible de ce roman.
    Il vise tellement plus large, il « venge » si large qu’il mérite d’être défendu pour cela aussi !
    Bisous.
    Guillaume

    1. Tout dépend du point de vue, Guillaume. Je suis d’accord avec toi mais le contexte qui m’intéresse est le combat féministe et l’évolution de la mentalité des femmes en rapport à ce combat. Je trouve que c’est lui qui, dans ce livre, englobe toutes les oppressions. Il vaut se méfier car, parfois, c’est le contexte le plus visible qui tient le reste dans sa main. Cela dit, la pluralité des avis en fait un vrai bon livre (méconnu).
      (Je commence par quel cigare ?)
      Bises !
      Marie

Laisser un commentaire