Dialogue 8 – Le chœur des jardineuses


– J’ai tout fait à l’envers, de la fin au début.
– Tant de mal pour si peu de bon, la nature du chemin.
– Ce qui est forgé tordu dès le premier coup jamais ne revient.
– Si tu n’as pas de conscience, tu n’auras aucune imagination.
– J’ai croisé tant de gens que mon cœur est un désert à chameaux.
– 
Une phrase à chacun et pour tous, je suis toi, tu es moi.
– …

( – Mouahahah ! Ma’aM, les Jardineuses dégobergent et déblatèrent.
 – Rigole, Tourniboule, mais il n’y a pas pire chieuses quand elles ne sont pas occupées à leur jardin. Cachons-nous et attendons leur départ.
– Et bigophoner les Gornickeur ?
– Pour qu’ils se battent tous ? Nan. J’en ai ma claque d’éponger du cerveau.)

MVM

Laisser un commentaire