Bibliographie

  • Roman :
    Juin 2015 : PETITE LOUVE chez Pocket.

PETITE LOUVE Pocket

Janvier 2014 : PETITE LOUVE à La Manufacture de livres.

PETITE LOUVE MdL

PETITE LOUVE a été dans la sélection finale du Landerneau Polar 2014 et a remporté le prix Plaidoiries pour un Polar 2014 à Dijon (« défendu » par maître Chloé Bonnat). En 2016, il est nominé pour le Prix Marseillais du Polar.

  • Articles :
    2016 : LA DEMI-SOEUR ISLANDAISE, dossier texte et photographies, Settimana, supplément culturel du Corse-Matin #900
    2015 : DIRTY WEEK-END, du genre en littérature, L’INDIC #22, sept-nov 2015

 

  • Nouvelles :
    2015 : Le dernier échelon dans Terminus, recueil collectif (Antidata)

terminus1

2014 : Buckaroo (octobre, E-Fractions, « Hors format »)

buckaroo-202x300

 

2014 : « Bouche Noire (2) » (Le Zaporogue, n°15)
2013 : « Bouche Noire (1) » (Le Zaporogue, n°13)
2013 : « Collins Monologues » (Espace(s), n°9)
2012 : « Killing Theme » (À la dérive, n°4)
2012 : « Supasta » (Dissonances, n°23)
2012 : « Cézigue, huit ans » (La Femelle du requin, n°38)

  • Préface au roman #Jenaipasportéplainte de Marie-Hélène Branciard, éditions du Poutan, septembre 2016

2 réflexions au sujet de « Bibliographie »

  1. Bonjour Marie,

    j’utilise ton/votre (j’ai oublié quel pronom nous employions, m’en tiendrai donc au premier, par économie de lettres) blog pour te dire que l’an passé, en septembre, j’avais rédigé une critique émue de Petite Louve dans le magasine que je coordonne. Je n’ai jamais su te l’envoyer, ton adresse s’est envolée avec les bouquins envoyés à l’époque… N’ayant plus ni ton mail et ne pouvant plus vérifier ces infos dans notre court échange Facebook, j’emploie les grands moyens, c’est-à-dire le blog – que je suis et que j’aime beaucoup car ce que tu y écris me rend un peu de courage pour regarder mon dernier manuscrit autrement que comme un gros tas de quatre-cent pages dans lequel il s’agit à présent de tailler froidement ce que j’avais l’intention d’exprimer au départ. Soit, on est pas là pour causer de ma viande froide. Concernant la critique, je voudrais t’expédier un ou deux exemplaires du magasine. Rétrospectivement, je n’en suis pas entièrement satisfait mais d’un point de vue pragmatique, je sais qu’elle a émoustillé pas mal de gens et leur a donné envie de lire ton ouvrage. Que je me suis empressé de leur offrir (te promouvoir est ruineux !) pour les aider à joindre les yeux à la parole – enfin, quelques centimètres en surplomb, tout de même. Soit, trêve de couillonnades, bien que tout soit vrai, voici mon adresse mail (davidbesschops@gmail.com) à laquelle tu peux éventuellement me communiquer ton adresse postal. A laquelle j’enverrai les mags. Notre site est actuellement en reconstruction mais pour septembre, il sera parfaitement opérationnel et affichera lui aussi cette critique de ton livre. Bon, et bien, courage pour la suite, pour la fin, enfin, pour cette fin-ci, en attendant les suivants débuts. Et caetera. Ciao Marie !

    1. adresse « postale » !

      + imagine que je n’ai pas répété le verbe « envoyer » dans la même phrase…

Laisser un commentaire